Ne dites plus « je ne peux pas », mais dites « je ne veux pas » !

Publié le 9 juin 2020

Après une – trop – longue pause, je continue la série de vidéos courtes où je vous propose de modifier des phrases « pièges », pour rendre votre communication plus simple et plus efficace. Si vous avez vous aussi repéré des phrases qui font dérailler le processus, envoyez-les moi !

Je vais vous lire quelques-unes des phrases que j’ai relevées dans les mails ou les conversations téléphoniques de ces dernières semaines :

. « Je ne pourrai pas participer à notre prochain call »

. « Je n’ai pas pu t’appeler plus tôt »

. « Je ne pourrai pas terminer le rapport à temps »

. « Est-ce que tu pourrais m’envoyer les infos avant la fin de la semaine ? »

. « Je ne vais pas pouvoir m’engager dans ce travail »

Vous voyez un point commun ? C’est bien sûr l’utilisation impropre du verbe « pouvoir ». En fait, ce que veulent dire les phrases que je vous ai citées, c’est :

. « Je ne serai pas à notre prochain call, je préfère être ailleurs »

. « Je n’ai pas voulu t’appeler plus tôt, j’ai fait le choix de faire autre chose avant »

. « Je ne veux pas terminer le rapport à temps parce que je veux terminer autre chose »

. « Je ne veux pas m’engager dans ce travail, parce que les conditions ne me conviennent pas »

Cela va peut-être vous sembler un peu « raide », certains diront même « trop dur » ! Pour moi, c’est plus juste, plus honnête, et surtout plus actif.

  • C’est plus juste. Quand nous disons « je ne peux pas te parler maintenant », alors que c’est justement ce que nous sommes en train de faire, il y a une incohérence évidente. Nous faisons cela pour ne pas « heurter » les gens à qui nous nous adressons – mais vous croyez vraiment qu’ils vont être « blessés » parce que nous leur dirons la simple vérité ? « Je te rappelle tout à l’heure, je suis en réunion ».
  • C’est plus honnête. Dire « je ne vais pas pouvoir terminer le rapport à temps » c’est un mensonge, poli peut-être, mais qui reste un mensonge. Mieux vaut assumer que j’ai pesé le coût et les avantages de faire le rapport que tu me demandes, et que je préfère par exemple rentrer chez moi m’occuper de mes enfants plutôt que de te faire plaisir. « Oui mais l’autre va se mettre en colère ! » Tant mieux ! C’est une énergie utile pour trouver une solution alternative.
  • C’est plus actif. En répétant (parfois sans vous en rendre compte) que vous ne pouvez pas faire quelque chose, vous vous mettez dans une position passive, une position de victime, une pauvre petite chose qui subit. Cela va finir par avoir des conséquences sur votre image aux yeux de vos interlocuteurs comme aux vôtres. Passer à « je ne veux pas X » ou à « je veux Y », c’est affirmer que vous êtes une personne adulte, qui fait ses choix de manière raisonnée, et qui les assume dans sa communication.

Finalement, le nombre de choses qu’on ne peut pas faire est très limité… Si je viens de me casser la jambe, il est exact de dire « je ne peux pas courir le Marathon de Paris dans trois jours ». En revanche si tout va bien, mieux vaut dire « je n’ai pas envie de courir le Marathon de Paris cette année, et je vais commencer à m’entraîner pour le faire l’an prochain ! ». 

En assumant vos choix dans vos phrases, vous allez instantanément dynamiser votre communication. Une des conséquences les plus frappantes et les plus utiles, c’est que vous allez aussi trouver des options. Par exemple si je dis : « je suis désolé, je n’ai pas pu accepter ce job », cela donne l’impression que c’est de ma faute, que c’est moi le problème, fin de l’histoire. Votre interlocuteur et moi-même avons une image de moi qui n’est pas très positive. Si maintenant je dis « je ne veux pas accepter ce job », tout de suite se pose la question « pourquoi ? ». Et je vais dire ce qui me manque, ce que je veux vraiment, pour in fine accepter ce job. 

Si vous avez « peur » des réactions des personnes autour de vous, dites-vous bien que c’est à la fois vous respecter et les respecter que d’assumer vos choix, en abandonnant des phrases qui sont des manipulations. Vous ouvrez des possibilités, vous permettez la négociation. Donc testez, en commençant bien sûr par des cas simples ! Refaites vos phrases quand vous entendez un « je ne peux pas »… et vous constaterez que vos interlocuteurs auront des réactions tout à fait gérables !

Bien sûr, tous ceux qui se disent en ce moment « je ne pourrai jamais dire ça »… je vous répondrai que c’est votre choix ! 

Comme d’habitude, j’attends vos remarques, commentaires, félicitations (… ou pas) au bas de cette fenêtre ! À tout bientôt.

8 commentaires

Cyril

12 juin 2020 à 10 h 29 min

Est-ce la peine de se braquer aussi fermement sur l’enjeu communicationnel des termes : pouvoir – vouloir.
A se donner, ou à vouloir donner cette impression, à mon avis excessivement présomptueuse que nous maîtrisons tout, on se contraint à passer par le “je veux”. Il en devient une condition sine qua non de notre maîtrise, bien plus exigeante que la posture de vérité que tu mets en avant.
Je ne peux pas est une vérité de choix assimilé, une discretion délicate.
J’entends que son abus est épuisant et un signe de névrose potentielle. Mais l’inverse n’est pas moins vrai.
Ainsi je plaide pour un équilibre est une modestie bien maîtrisée entre vouloir et pouvoir.

Aurélien Daudet

12 juin 2020 à 12 h 54 min

Bonjour Cyril,
Je ne crois pas qu’affirmer ce que je veux soit “me braquer”. Je ne pense donc pas non plus que cela soit présomptueux, et encore moins donner l’impression que je maîtrise tout : en revanche, oui, je suis maître de mon désir, de mon envie, de ma volonté.
Précisément je ne peux pas est, dans l’immense majorité des cas, le signe d’un choix non assumé.
Et au final, ce que tu fais de tout ça, dans un équilibre qui te convienne… et justement entièrement ta liberté et ton choix !

Isabelle Daudet

10 juin 2020 à 10 h 10 min

Ta video est juste et montre que nous glissons vers de mauvais usages sans vraiment nous en rendre compte.C’est peut-être le plus ennuyeux de voir que nous critiquons si peu notre communication.

Aurélien Daudet

10 juin 2020 à 11 h 08 min

Merci ! Mieux que critiquer, mon idée est plus de prendre du recul et de se rendre compte avec un sourire – ça donne plus envie de changer sa manière de communiquer !

BOTTERO Caroline

9 juin 2020 à 14 h 36 min

Très bien cette vidéo : le message est clair, précis et interpelle !
Personnellement, j’aime bien la formule « je préfère » + faire ou ne pas faire qui indique bien un choix, une volonté – pas de mensonge ou d’hypocrisie et puis c’est un verbe positif !

Je trouve que c’est un peu plus soft que « je veux » ou « je ne veux pas » mais dans le fond, cela veut dire la même chose.

Aurélien Daudet

9 juin 2020 à 15 h 26 min

Merci Caroline !
J’aime bien aussi je préfère… en se gardant l’option “je veux” si jamais la volonté dont tu parles n’était pas assez claire pour la personne en face…!

Hani

9 juin 2020 à 13 h 22 min

Cas d’école: quelqu’un vient me voir et me dit « Peux-tu stp m’aider? », si je réponds « non, je ne veux pas parce que je suis pris en ce moment », cela ne risque-t-il pas de provoquer une réaction négative? Pourquoi pas dire « Je suis occupé à l’instant, ça te va si je viens t’aider dans 15′? ». Bien entendu, il s’agit d’un cas où l’interlocuteur utilise le verbe pouvoir.

Aurélien Daudet

9 juin 2020 à 13 h 28 min

Hello Hani ! Je trouve ta proposition tout à fait juste, well done ! En l’occurrence, le “je ne veux pas” est intérieur, et ce que tu dis est plus facilement acceptable par la personne en face. Et surtout, on a évité le “non, je ne peux pas, ça te va si je viens t’aider dans 15′ ?”

Un point cependant : si la personne en face réagit mal à “je ne veux pas”, c’est son choix. Je ne suis pas responsable de la manière dont mes phrases sont interprétées, juste de mon intention au moment où je les dis. Et si mon intention est en “OK/OK”, c’est-à-dire que je m’accorde la même valeur qu’à la personne en face de moi, il est probable que mon non-verbal sera ouvert, positif. Donc je pense que l’on “peut” (oups ! que l’on a le choix / qu’il est ok de) dire “non je ne veux pas parce que je suis occupé en ce moment, ça te va si je viens t’aider dans 15′ ?”…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.