Paul McCartney : boulot, dodo, banco !

Publié le 16 octobre 2019

Un matin de novembre 1963, Paul McCartney se réveille en sursaut et se précipite sur son piano : il vient de rêver la musique de Yesterday, l’une des chansons les plus connues, les plus reprises, et les plus rentables de l’histoire de la musique. Cette histoire, qu’il a maintes fois racontée, est considérée comme un exemple parfait du « miracle » de la création artistique. En réalité, derrière la légende dorée, elle illustre plutôt comment fonctionne la créativité, artistique ou pas. 

guitare

La semaine dernière je vous parlais des trois temps de la créativité : celui de la préparation – le développement des compétences qui prend des années, celui de l’incubation – des semaines de réflexion un peu obsessionnelle sur un problème, et celui du cerveau débranché – le moment où nous ne faisons apparemment rien qui soit lié à ce problème et qui (parfois) débouche sur le moment « eurêka ! » 

Quand Paul McCartney « rêve » la musique de Yesterday, il est déjà un musicien accompli, qui a appris à jouer seul du piano, de la guitare, de la basse et de la batterie. En 1956, à 14 ans, il a composé sa première chanson, I lost my little girl. En 1957, il a rencontré John Lennon avec qui il a commencé à écrire des chansons. Ils sont rejoints en 1958 par George Harrison et par Ringo Starr en 1962. Les Beatles ont connu leur premier succès avec Love me do » la même année.

Donc, en plus de son talent inné exceptionnel, en 1963 cela fait au moins 10 ans que Paul McCartney se prépare, développe ses compétences. 

Plus intéressant encore, Yesterday ne sera publiée qu’en août 1965, dans l’album Help ! En effet, Paul McCartney a commencé par perfectionner la musique de cette chanson, et surtout par travailler intensément sur les paroles… Initialement, la chanson débutait par ces mots – d’une poésie infinie je vous l’accorde : « Scrambled eggs / Oh my baby how I love your legs ! / Not as much as I love scrambled eggs / Oh we should eat some scrambled eggs / Oh we should eat some scrambled eggs… ».

Ce qui pourrait se traduire par « Oeufs brouillés / Oh mon bébé, comme j’aime tes jambes ! / Pas autant que j’aime les œufs brouillés / Oh, on devrait manger des œufs brouillés / Oh, on devrait manger des œufs brouillés… » La suite ne vaut guère mieux : « Waffle fries / Oh my darling how I love your tighs ! / Not as much as I love waffle fries / Oh have you tried your waffle fries ? » (Gaufres / Oh ma chérie comme j’aime tes cuisses / Pas autant que j’aime les gaufres / Oh as-tu essayé tes gaufres ? » J’arrête, si vous voulez voir et écouter cette version c’est ici.

En fait Paul McCartney était dans la période d’incubation. Et pendant des mois il tournait autour de ces gaufres aux œufs brouillés, qui étaient devenus une blague avec John LennonJusqu’à ce qu’il lâche, et parte en vacances au Portugal en mai 1965 avec sa petite amie. Et pendant les 5 heures de voiture entre l’aéroport de Lisbonne et la maison de Bruce Welch, guitariste des Shadows, il va griffonner sur une enveloppe les paroles définitives de la chanson, qu’il jouera pour la première fois en arrivant chez Welch. 

Finalement, les paroles comme la musique lui sont arrivées dans des moments de « cerveau débranché » : après une période de recherches intenses, et sur base d’années d’expérience, le cerveau relâché continue à travailler dans un mode différent, jusqu’au moment « eurêka ».

Nous n’avons pas forcément l’ambition de créer des œuvres artistiques, mais nous avons tous à produire des travaux, plus ou moins originaux. Pour y parvenir, inspirons-nous de Paul McCartney : après beaucoup de travail, il faut apprendre à lâcher prise, par exemple en faisant une promenade, une sieste, en allant déjeuner avec un ami. Ce moment « oisif » est en fait un merveilleux outil créatif. 

Qu’en pensez-vous ? Si vous vous reconnaissez dans cette histoire, racontez-nous dans les commentaires vos techniques pour « lâcher prise » et mettre votre cerveau en « roue libre » pendant un temps plus ou moins long !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.