Publié le Déc 3, 2022

Il n’y a pas d’émotions négatives

Dernier épisode de ma mini-série sur les émotions, orientée par vos réponses à ma question : « en matière de gestion des émotions, quelle est votre plus grande difficulté ? ». Cette semaine, je veux aborder l’idée qu’il y aurait des émotions « négatives », que vous voudriez bloquer, voire supprimer.

Il n’y a pas d’émotions négatives - Aurélien Daudet

C’est probablement l’une des choses les plus importantes pour moi, et une des choses que j’ai le plus de plaisir à répéter en formation : NON, il n’y a PAS d’émotions négatives. Toutes les émotions sont positives – parce qu’elles nous donnent un signal sur ce qui se passe dans notre environnement, et une énergie pour rétablir notre bien-être, intérieur et extérieur.

Attention, je parle bien des émotions, et particulièrement des 4 émotions de base : peur, joie, colère, tristesse, qui sont universelles, démarrent rapidement et sont très limitées dans le temps. Je ne parle pas des sentiments, qui sont souvent un mix d’émotions, durent plus longtemps que les émotions, sont davantage une construction mentale, et sont donc beaucoup plus dépendants de la culture.

Dans ces 4 émotions de base, la seule « positive » serait la joie. Ce serait donc aussi la seule « utile », la seule que nous devrions rechercher, sur laquelle nous devrions nous focaliser. Dans une société obsédée par la recherche du bonheur, toutes les autres émotions, « négatives », nous indiqueraient seulement que nous n’avons pas encore assez « progressé », que nous n’avons pas encore assez « grandi ». Ressentir de la colère, de la tristesse ou de la peur, serait un rappel douloureux de tout ce qu’il nous reste à faire pour atteindre la félicité.

Problème : cette dichotomie simpliste peut justement nous éloigner du bonheur.

Le paradoxe fondamental de la quête du bonheur, c’est qu’il ne peut pas être recherché pour lui-même. Une étude célèbre[1] de Felicia Zerwas and Brett Ford, chercheurs à Berkeley et à l’Université de Toronto, a montré que « une valorisation extrême du bonheur prédit souvent un bien-être et une santé mentale inférieurs. (…) De plus en plus de preuves suggèrent que le fait d’accorder une valeur intense au bonheur a des conséquences négatives à court terme et à long terme. »

Ils rappellent une expérience de 2011 dans laquelle un film joyeux avait été projeté à deux groupes de participants. Seule différence : le premier groupe avait lu d’abord un article soulignant l’importance d’être heureux dans la vie. Conséquence : les participants de ce groupe avaient ressenti nettement moins de plaisir que ceux qui n’avaient eu aucune « injonction » à être heureux[2].

Felicia Zerwas et Brett Ford soulignent que c’est justement le fait de se focaliser excessivement sur la recherche du bonheur qui nous fait voir certaines émotions comme négatives : la colère, la tristesse ou la peur seraient vues comme des « échecs »… ce qui renforcerait encore notre mal-être.

La première étape serait donc de considérer que toutes les émotions nous aident à améliorer notre bien-être, parfois en nous indiquant des expériences à rééditer, des habitudes à ancrer (c’est le rôle de la joie), parfois en nous signalant qu’il est temps de remettre du cadre et de faire respecter nos limites (merci la colère), qu’il nous faut aller chercher du réconfort (bonjour, tristesse), et qu’il faut nous protéger et demander de l’aide (c’est à ça que sert la peur authentique).

Sortons de cette vision dangereuse et totalement déséquilibrée d’émotions positives et négatives. Toutes les émotions sont positives. Et elles seront plus ou moins agréables, en fonction de notre histoire, et des situations auxquelles nous sommes confrontés.

Tal Ben Shahar est l’un des auteurs les plus célèbres dans le domaine de la psychologie positive et du leadership. Américain et israélien, il a créé et dirigé deux des cours qui ont eu le plus de succès dans l’histoire de Harvard, « Positive Psychology » and « The Psychology of Leadership ». C’est aussi un auteur à succès, régulièrement sur la liste des best-sellers du New York Times.

Cette semaine j’ai écouté un podcast dans lequel il était invité, intitulé « The Paradox of Happiness – Why Pursuing It Makes You Less Happy & What You Can Do About It ». Il revient sur ce paradoxe du bonheur, qui le fait s’éloigner lorsqu’on le pourchasse directement. Il donne une image que j’ai trouvée très « lumineuse » : « Une façon de le comprendre est de considérer le bonheur comme la lumière du soleil. Regarder la lumière du soleil est difficile, c’est même malsain, impossible pendant longtemps. Cependant, si je décompose la lumière du soleil, j’obtiens le spectre des couleurs, que je peux regarder. Que je peux savourer et apprécier et dont je peux profiter. »

Plutôt qu’une recherche obsessionnelle du bonheur, il propose donc de construire des stratégies « indirectes », basées sur des facteurs dont l’influence sur le bien-être a été scientifiquement prouvée : par exemple avoir des relations personnelles suffisamment nombreuses et nourrissantes, ou entretenir une activité physique régulière.

Psychopathes… ou morts

Tal Ben Shahar raconte aussi comment il avertissait ses étudiants de Harvard sur le fait que rester dans la joie est un mythe idiot : « La dernière chose que je veux vous faire croire, c’est que je suis constamment heureux ou que vous serez heureux en permanence à la fin de cette année. Parce qu’il n’y a que deux types de personnes qui n’éprouvent pas d’émotions douloureuses. Les premières, ce sont les personnes psychopathes. Et le second, ce sont les personnes mortes. »

Eprouver des émotions désagréables, voire douloureuses, c’est un bon signe… Nous ne sommes pas des psychopathes, et nous sommes encore vivants.

Si nous nous interdisons les émotions douloureuses, « elles vont se renforcer et devenir dominantes », continue Tal Ben Shahar. Parce qu’elles n’auront pas rempli leur fonction, et que la situation qui est à l’origine de leur apparition sera toujours présente, ou va se reproduire de plus en plus souvent.

Identifier ces émotions, reconnaître leur utilité, c’est le moyen d’agir pour rétablir notre équilibre – après les changements, inévitables, dans le monde qui nous entoure.

[1] Felicia K. Zerwas et Brett Q. Ford, “The Paradox of pursuing happiness”, Current Opinion in Behavioral Sciences, vol. 39, June 2021, pp. 106-112

[2] Iris B. Mauss, Maya Tamir, Craig L. Anderson & Nicole Savino, « Can seeking happiness make people unhappy? Paradoxical effects of valuing happiness », 2011, Emotion, 11(4), pp. 807–815

4 Commentaires

  1. Bonjour Aurélien, très parlant le coup du mort et du psychopathe. Merci !

    Réponse
    • Yes ! Moi aussi ça m’a sauté aux oreilles quand je l’ai entendu ! J’aime beaucoup Tal Ben Sahar, il est toujours simple et lumineux.

      Réponse
  2. Merci Aurelîen, Très intéressant et éclairant de savoir que nos émotions sont toutes positives… et de me savoir encore encore en vie !

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Fiertés déplacées

Fiertés déplacées

Retour sur un compliment qui me semble être en fait un piège pour celui auquel il s’adresse : « je suis fier de toi ».