Publié le Déc 5, 2021

Il faut nous réconcilier avec la « vente »

Lorsqu’on parle de vente, beaucoup de personnes font la grimace : on pense à des poignées de mains manipulatrices, de faux sourires, des cravates et des chaussures cirées. Cette vision de la vente qui serait une chose nécessaire, mais pas très « propre », est très largement répandue.

Si vous une indépendante, créatrice d’entreprise, que cette vidéo vous a “bougée”, et que mon cadeau vous fait envie, cliquez sur ce lien !
https://sk.aureliendaudet.com/sf/2a5ad536
Je vous poserai quelques questions pour bien préparer notre rdv… et vous pourrez choisir l’heure et la date qui vous conviennent !

Même aux Etats-Unis, le pays du libéralisme, le « commercial » n’a pas bonne presse. Dans son best seller « To sell is human », publié en 2012, Daniel Pink a demandé à 7000 personnes les adjectifs qu’ils associaient spontanément au mot « ventes ». Dans les 25 qui revenaient le plus fréquemment, 5 seulement avaient une connotation positive. Pour les autres, le tableau était franchement négatif : requin, insistant, sournois, faux, malhonnête, dégoûtant, agressif…

Encore plus intéressant, lorsque Daniel Pink demandait quelle était l’image qu’ils associaient au mot de « ventes », il obtenait en général le portrait d’un homme, en costume, vendant des voitures d’occasion. Aucune des personnes interrogées n’avait associé l’image d’une femme au mot de « sales ».

Vendre serait quelque chose de peu recommandable, et réservé aux hommes ? Je pense que ces deux préjugés sont faux. Plus exactement, je pense qu’ils ne sont plus vrais, plus vrais du tout. Le monde a changé et les rapports entre vendeurs et clients sont profondément différents de ce qu’ils étaient il y a encore 20 ans.

Mon but dans cette vidéo, c’est de vous faire rentrer dans un monde où influencer, convaincre, vendre sont des actes nobles, respectueux de valeurs essentielles, où s’expriment pleinement la personnalité de chacun, et qui sont le socle de relations personnelles fortes et authentiques.

Première chose : il est temps de revoir totalement la définition du mot « vendre »., pour ne plus le cantonner aux seuls échanges financiers.

L’étude de Daniel Pink que j’ai citée montre que :

• Plus de 70% des personnes interrogées disent que convaincre et influencer d’autres personnes est une partie significative de leur job.

• 41% de leur temps en moyenne, passé à « convaincre les autres de leur céder quelque chose qui leur appartient en échange de quelque chose qu’ils ont » : leur temps, leur attention, leur réseau social, leurs efforts… éventuellement leur argent.

• Enfin les sondés considèrent cette capacité comme essentielle pour la progression de leur carrière.

Dans la plupart des pays développés, 1 salarié sur 10 est un « commercial » au sens strict. Mais au sens large, comme le dit Daniel Pink, « nous sommes tous des vendeurs ». Parce que nous dépendons tous de notre capacité à « bouger » les autres.

Une catégorie de personnes a encore plus besoin que les autres de cette capacité : ce sont les indépendants, freelances, créateurs d’entreprise. Parce qu’ils doivent « tout faire », et donc « bouger » un très grand nombre d’interlocuteurs : clients bien sûr, mais aussi fournisseurs, partenaires, administrations, membres de leurs familles… A la différence de salariés dans des entreprises classiques, les entrepreneurs ont plusieurs casquettes, ils courent après le temps… et doivent donc avoir une efficacité maximale à chacune de leurs interactions.

Je sais de quoi je parle, cela fait 20 ans que je suis indépendant. Et cela fait 20 ans que j’accompagne des personnes, en entreprise ou dans le monde des indépendants, pour les aider à changer leur vision de la communication, de l’influence, de la « vente » au sens large, et à en faire un levier puissant au service de leurs rêves.

La deuxième croyance que je veux bousculer aujourd’hui, c’est l’idée que la vente serait un acte typiquement « masculin ». Les femmes aussi doivent embarquer les autres… et c’est particulièrement important pour celles qui ont décidé de se lancer à leur compte, de créer leur boîte, de développer leur activité en tant qu’indépendantes.

Une de ces indépendantes m’a contacté il y a peu de temps et me disait : « tant que j’étais en entreprise je pouvais compter sur d’autres personnes pour me relayer, pour m’accompagner chez le client. Aujourd’hui je suis toute seule, et parfois je n’ai plus d’énergie. Je me sens découragée parce que j’ai tellement de choses à faire que je ne sais plus par où commencer ».

C’est pour cela que j’ai créé un Programme dédié aux femmes indépendantes, solo entrepreneuses, freelances et créatrices d’entreprises. Pour les aider, de manière encore plus adaptée, à trouver de nouveaux clients, à faire avancer leurs projets, à faire accepter leurs prix par ceux qui disent « qu’ils sont intéressés mais qu’ils n’ont pas le budget ». Et aussi pour découvrir comment entretenir leur énergie, assumer leurs points forts et rester motivées. Le tout en profitant d’un groupe d’entrepreneuses confrontées aux mêmes problèmes, et qui testent ensemble de nouvelles solutions.

Lorsqu’un rendez-vous se passe mal, je trouve que les hommes ont souvent tendance à rejeter la responsabilité sur des facteurs extérieurs : leurs interlocuteurs, la situation, le marché… De leur côté, les femmes auraient plutôt tendance à se charger de toute la responsabilité de l’échec (j’aurais dû plus me préparer, je suis trop nulle).

Les deux attitudes sont bien sûr inefficaces. Mais je constate que les femmes ont souvent beaucoup plus envie de progresser, de trouver des solutions, de tester de nouvelles méthodes. Et finalement leur implication dans les programmes que je propose est souvent beaucoup plus forte.

Si vous êtes une de ces indépendantes, que vous voulez structurer votre démarche commerciale, accélérer et simplifier le processus, mais que vous manquez d’assurance et que vous n’avez jamais appris à vendre… alors j’ai un cadeau pour vous. Je vous offre un entretien individuel de 30 minutes (bon, officiellement de 30 minutes. En fait je vous préviens, cela déborde souvent 😀 !).

Pendant ce rendez-vous, nous allons nous parler, identifier ensemble les zones de votre communication où vous pourriez avoir des problèmes… et je vous proposerai de premières idées simples, que vous pourrez appliquer immédiatement dans votre business.

Le prix de ces 30 minutes avec moi ? 200 euros. Je vous offre ce temps parce que je veux investir dans votre business avant de vous demander d’investir le moindre euro dans le mien. 

Je veux qu’après cet entretien vous vous disiez « c’était génial ». Je veux que nos échanges vous semblent tellement utiles, qu’à un moment, lorsque vous serez prête, vous ayez envie de travailler avec moi en profondeur, et de rejoindre mon Programme CMV pour que je puisse vous aider en profondeur.

Ça vous paraît un bon deal ? Tant mieux. Il n’y a aucun risque, aucune obligation.

Oh ! Et en bonus, si vous programmez un entretien avec moi, à la fin de notre call je vous offrirai mon « Atelier VIP », le best of de mes webinaires, 30 vidéos exclusives sur des questions ultra pratiques de communication. La valeur de ce « package » ? 300 euros. Vous y aurez accès absolument gratuitement, simplement pour avoir pris le temps de participer à notre entretien.

Si vous une indépendante, créatrice d’entreprise, que cette vidéo vous a “bougée”, et que mon cadeau vous fait envie, cliquez sur ce lien !
https://sk.aureliendaudet.com/sf/2a5ad536
Je vous poserai quelques questions pour bien préparer notre rdv… et vous pourrez choisir l’heure et la date qui vous conviennent !

À TRÈS bientôt,
Aurélien

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à ma newsletter !