Faire de toute contrainte une opportunité

Publié le 28 mars 2021

Les personnes qui travaillent avec moi me reconnaissent en général un haut niveau d’énergie. Mais depuis quelques jours je traînais une forme de fatigue, une lassitude mêlée à une sorte de colère rentrée. Pourtant tous mes projets se déroulaient comme prévu, les nouvelles étaient bonnes, aucune alerte particulière. Je me suis dit que cet état émotionnel qui durait méritait plus d’attention, et j’ai pris le temps de réfléchir au déclencheur de cette colère.

© Brice Tournaire

En me promenant dans les collines, j’ai repensé à un échange de messages que j’avais eu un soir très tard avec une – j’espère – future cliente. Au départ je n’ai pas compris ce qui dans cet échange avait pu me contrarier – elle m’avait demandé de lui envoyer un proposition pour un projet de formation, c’était plutôt une bonne nouvelle… ?

Pourtant je revenais toujours à cet échange, comme si quelque chose me « grattait ». Au bout d’un moment, j’ai compris. Cette personne m’avait demandé une formation à distance, pour le 2ème ou le 3ème trimestre. Et quand je lui avait demandé pourquoi à distance, elle m’avait répondu que son entreprise, un très grand groupe industriel, prévoyait de rester en télétravail pendant encore 6 mois.

J’avais un peu « zappé » cette annonce, lue au détour d’un message à 11 heures du soir. Mais visiblement une partie de moi était restée bloquée dessus. En y réfléchissant encore un peu, j’ai compris que cette même partie de moi, de manière un peu confuse se dit depuis début mars que cela fait un an que la crise a commencé, et que donc on va bientôt en sortir. Un peu comme si la concordance des dates, le retour du printemps, du même genre de journées, devait marquer la fin du cycle et l’entrée dans une nouvelle séquence, enfin plus gaie, libre. Ce message, c’était une confirmation indirecte, mais beaucoup plus puissante que toutes les mauvaises nouvelles dans les médias, que cet espoir était une illusion, et qu’en fait ce cirque allait encore durer de nombreux mois.

Je me suis effectivement dit « ce cirque », parce que j’étais très en colère. Et puis dans la foulée je me suis rendu compte que je ne pouvais rien y faire, et que derrière cette colère j’étais en réalité très triste. Parce qu’il fallait que j’abandonne mon rêve de retrouver rapidement la liberté d’avoir des liens proches, physiques, directs. Et dans le même mouvement je me suis demandé de quoi j’avais besoin pour sortir de cette tristesse – ce qui pourrait remplacer cette envie déçue.

• D’abord je me suis tourné vers des liens « distants », en l’occurrence le groupe Facebook Enthousiastes et Lucides que j’ai créé… et j’y ai trouvé de très beaux retours sur le challenge « 30 jours de vidéos en live » que je viens de finir. Je me suis félicité de m’être lancé ce défi, en réfléchissant à ce qu’il m’avait apporté… j’ai décidé de lancer le suivant avant la mi-avril !Parce que ces liens à distance sont justement tout sauf distants. Le média est numérique, mais les personnes qui se lient sont bien réelles.

• Ensuite, j’ai profité avec intensité de la venue d’un ami cher, qui m’a aidé ce week-end à bâtir un vrai studio de diffusion multimédia. Nous avons beaucoup ri, je suis fier du résultat de notre travail et j’ai retrouvé une nouvelle énergie à l’idée d’utiliser ces nouveaux outils pour enrichir encore les contenus que je propose et renforcer justement ce lien que je veux créer avec vous.

• Enfin, j’ai repensé à une phrase d’un voisin un peu ermite et très poète, qui un jour que je lui disais que je n’avais « pas le temps » m’avait juste dit avec un bon sourire : « tu es pressé ? Assieds-toi, ça te passera. » Alors je me suis assis et je me suis demandé comment mettre tout ça dans un article.

Il est possible que vous aussi vous ayez ressenti ces derniers jours une baisse d’énergie, ou des sentiments confus et généralement désagréables, une impression de mal-être. Pour sortir de cet état, j’ai pris le temps de réfléchir consciemment aux émotions que je ressentais, de faire le tri et de les identifier, puis de les utiliser pour passer à l’action. J’ai pris conscience aussi que dans ce contexte, des déclencheurs mineurs pouvaient avoir chez moi dans conséquences fortes, et j’ai donc décidé d’être beaucoup plus vigilant sur mes réactions. Enfin, j’ai (re)décidé de ne pas rester passif face à la situation actuelle, et de mettre en place des stratégies concrètes pour multiplier les échanges positifs avec vous, pour rester motivé.

Qu’en pensez-vous ? Et si nous faisions de ce gros tas de contraintes une magnifique opportunité de créer une communauté unique ?

Prenez soin de vous, abrazo muy fuerte,

Aurélien

14 commentaires

Angelique

30 mars 2021 à 18h43

Merci Aurélien pour cet article,
Prendre du recul pour « regarder ses émotions » et remonter à l’origine, pas toujours évident dans le flot tumultueux du quotidien mais tellement salvateur, notamment en cette période.
Colère, sentiment de captivité et d’impuissance (impossibilité de rejoindre une belle campagne, la ou je puise mes forces, me déconnecte et me ressource avec cette nouvelle interdiction de déplacements inter régions) – émotions bien plus fortes et plus profondes que lors des « confinements » précédents. Mais au quotidien, comment conserver son énergie pour porter les équipes- être disponible mentalement pour les collaborateurs qui eux mêmes sont confrontés à ce type d’émotions ?
Le regard posé sur ses propres émotions permet de les accueillir, de trouver l’élément objectif à l’origine de ces émoitions et d’imaginer comment réagir différemment à cet élément. Pour moi ca a été : plutôt qu’annuler complètement mes vacances à la campagne, commander de la peinture et profiter de quelques jours pour repeindre une partie de mon appartement :-).
En 48h a peine cela m’a permis de me rendre à nouveau ouverte et disponible aux autres !

Et bon rétablissement pour les cervicales !

Aurélien Daudet

30 mars 2021 à 19h18

Merci pour ce message, Angélique, et pour cette belle idée… en même temps si simple !
A tout bientôt,
Aurélien

Michel Felisa

29 mars 2021 à 13h33

Cher Aurelien Cela fait un bail que nous ne nous sommes pas revus, mais je reçois régulièrement tes mails et profites cette foi-ci de l’occasion pour te féliciter sincèrement pour tout le travail, l’énergie, l’engagement et l’humanité que tu as mis dans ton nouveau projet. Belle capacité à te réinventer. All the best. Michel

Aurélien Daudet

29 mars 2021 à 15h24

Quelle joie de te lire amigo ! Merci beaucoup pour ce message, pour sa chaleur que je retrouve après trop longtemps – un abrazo muy fuerte !

Matthieu de C.

29 mars 2021 à 11h51

Merci Aurélien pour ce partage plein d’humanité.
Oui, au-delà de l’énergie dont tu parles, plus personnellement je ressens un peu de perte de sens dans mon travail quotidien. Pas vraiment dans l’objectif, mais dans la mise en œuvre car les interactions humaines et directes sont désormais intermédiées par la technologie ce qui ne rend pas aussi simple la capture des émotions, la spontanéité, l’émulation collective et plein d’autres éléments encore. Alors pour relever cette perte de sens je pense « positif », je pense que demain sera meilleur qu’aujourd’hui, je pense retrouver mes collègues plus motivés que jamais pour travailler physiquement ensemble dans un mode collaboratif plus fort qu’avant, bref je suis confiant dans les autres.
Et concrètement au quotidien en attendant ce retour, je me donne un petit défi par jour, qu’il soit professionnel ou personnel, pour continuer à avancer. Aujourd’hui ce défi était de partager ici, ça m’a fait un bien fou.
Matthieu

Aurélien Daudet

29 mars 2021 à 12h43

Muy buenos días, Matteo !
Merci pour ton message, riche en émotions et en solutions ! Je réfléchis à de nouvelles manières de communiquer “humainement” malgré la distance de la technologie, et ton retour m’y encourage encore ! À très bientôt, tiens-nous au courant de tes prochains défis, et compte sur moi pour y participer si besoin !
Merci encore,
Aurélien

SIBI AURELIE

29 mars 2021 à 11h06

Bonjour Aurélien,
J’aime beaucoup ce que vous écrivez, car je pense que nous ressentons tous, à différents niveaux, ces émotions que vous décrivez. Face à cela, nous avons deux solutions: s’adapter en passant à l’action de façon positive pour retrouver de l’énergie, ou bien subir et attendre que tout redevienne comme avant, ce qui ne nous fait pas avancer.
Je suis en pleine expérimentation aussi, avec un double challenge: rester dans l’action et prendre plaisir à vivre de nouvelles expériences avec mes interlocuteurs, et également leur donner envie de communiquer autrement. En effet, les interlocuteurs avec qui je travaille ne sont pas toujours motivés pour interagir à distance…
Merci en tout cas pour toutes ces réflexions que vous partagez, et qui, personnellement, me font avancer, en cette période inédite.
Bonne journée.
Aurélie

Aurélien Daudet

29 mars 2021 à 11h28

Merci Aurélie – du coup je vais continuer dans cette voie ! A tout bientôt, Aurélien

Stéphane

29 mars 2021 à 10h29

Cher Aurélien,
Le RDV de que tu as pris avec toi pour laisser parler tes émotions démontre une certaine sagesse et fait preuve d’un certain esprit..merci pour le partage et à mon tour de te partager ce lien qui, si tu ne l’as déjà pas vu, égayera ta curiosité : https://www.youtube.com/watch?v=flecCNe8yCA….attention les 5 premières minutes sont fantastiques !!!
My two cents !!
hasta luego Senior 🙂
Stéphane
Laisser parler ses émotions, savoir les analyser et prendre le recul nécessaire tout en profitant pleinement

Aurélien Daudet

29 mars 2021 à 11h30

Merci beaucoup Stéphane, je vais voir ce document avec grand plaisir… dès que je serai sorti de l’hôpital : apparemment je n’ai quand même pas géré au mieux les tensions de cette année et mes cervicales ont besoin d’un peu de douceur ! A tout bientôt, Aurélien

Catherine Marcellier

29 mars 2021 à 9h35

Merci de partager avec nous ton expérience ! J’ai ressenti la même chose la semaine passée avec une réponse négative pour un poste malgré de nombreux signaux positifs de leur part. Une forte émotion s’est emparée de moi… avec des échéances de plus en plus réelles (inscription à Pôle Emploi !) et un retour à l’emploi de nouveau décalé. Après une phase de sidération de quelques heures, je me suis mise en action. Mon agenda s’est rempli très rapidement. Même si les échanges sont virtuels, les liens existent avec une certaine solidarité et authenticité. Alors, haut les cœurs ! Tous nos efforts seront récompensés et nous en tirerons satisfaction.
Bonne semaine et à très vite !

Catherine

Aurélien Daudet

29 mars 2021 à 10h25

Merci pour ton retour Catherine ! Après ta première réaction (de tristesse ? de colère ? mix ?) ta décision de repartir en énergie positive est courageuse… et finira par payer, bien sûr ! C’est aussi un bel exemple pour tous ceux qui te liront, en commençant par moi. Bravo, hasta pronto pour la suite de tes aventures !

Laurent

29 mars 2021 à 8h38

Les cycles vont se superposer Aurélien c’est indéniable et la question est et restera : attendre de vivre comme avant ou réinventer ……
Deux cycles ( entrons dans le second ) donnent encore trop peu de recul et l’envie de vivre comme dans le passé reste prédominante.
Alors sans vouloir être pessimiste mais plutôt lucide , si au troisième ou quatrième cycle ça s’arrête et bien on retournera boire des bières avec joie et sans mémoire et si ça dure …….il y a des personnes qui se seront adaptées dont tu fais partie et d’autres pas !
Le bon côté c’est que même si les cycles ne durent pas tu auras agi et créer cet équilibre par anticipation tout en restant dans l’action.
C’est la solution je pense
Bonne semaine
Laurent

Aurélien Daudet

29 mars 2021 à 11h31

Merci Laurent pour ton retour, qui me fait chaud au coeur. J’aime beaucoup cette idée de créer de l’équilibre par le mouvement, en étant dans l’action. C’est parfois fatiguant, parce que dans certaines situations les freins sont importants. Mais l’énergie vitale est celle qui nous permet d’adapter nos comportements à une nouvelle réalité et de rester plein d’en-vie… A bientôt don Lorenzo !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.