Publié le Fév 2, 2022

Colère épisode 2 – Je suis en colère, et je le dis !

La semaine dernière, je vous ai montré la double fonction des émotions en général, et de la colère en particulier. Aujourd’hui, nous allons rentrer dans le « mode d’emploi » de la colère, des techniques simples pour utiliser cette magnifique énergie au service de notre bonheur. 

La première étape, incontournable, c’est de nommer notre colère. Dites, à vous-même d’abord, puis aux autres éventuellement, « je suis en colère ». Mettre un mot sur notre ressenti, c’est commencer à y réfléchir, c’est donc à la fois l’identifier, et la mettre à distance : je ne suis pas mon émotion, je ne disparais pas en elle, au contraire, j’ai toujours un cerveau qui fonctionne et qui va faire son boulot de réflexion.

Dans une expérience de 2007, des chercheurs de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont utilisé l’imagerie numérique pour suivre l’activité du cerveau de personnes testées. Et ils ont montré que le seul fait de dire son émotion diminuait l’intensité de la réponse du cerveau limbique ET activait le neo cortex, la partie plus complexe et plus « récente » de notre cerveau, celle qui est justement en charge de l’analyse et de la régulation de nos émotions.

Six Seconds, un très bon site dédié à l’intelligence émotionnelle, explique que les mots jouent dans les émotions un rôle de pont entre les ressentis physiques et les pensées. Dire « je ressens ceci… » ou bien « j’ai telle émotion » nous fait prendre conscience que justement nous ne sommes pas seulement cette émotion. Cela nous rappelle que cette émotion est temporaire. Donc nous commençons à prendre de la distance et à analyser ce que cette émotion nous indique.

Daniel Siegel, professeur de psychiatrie lui aussi à UCLA, a une magnifique expression : « Name it to tame it » – « nomme-la pour l’apprivoiser ». Réfléchir, analyser notre émotion, c’est la deuxième étape de la boucle positive des émotions, entre le ressenti physique et les comportements, l’action.

Attention ! Nous pensons dans les mots… donc utilisons les mots exacts, sinon nous allons fausser notre analyse d’entrée. Certains d’entre nous ont appris à « bloquer » leur colère, et donc vont la minorer avec des mots comme : « je suis agacée », « énervée », « stressée ». Ou même, ils vont disparaître complètement de la phrase : « il y a des jours où rien ne va ».

En minorant, ou en niant l’émotion, ils ne vont rien en faire. Rien ne va se régler, la situation sera toujours aussi problématique… et la colère sera donc toujours là ! A terme, cela peut se finir avec un ulcère, de la tension, et/ou de brusques éclats de rage.

D’autres au contraire confondent la colère et une forme « escaladée », toxique – la rage. Ils vont dire « je suis fou de colère », ou « fou de rage ». Et en disant cela, ils entretiennent la croyance qu’on ne peut pas à la fois être en colère et avoir un cerveau qui fonctionne. La rage, ça n’est plus l’émotion authentique. C’est une sorte d’explosion, sur laquelle nous reviendrons dans une prochaine vidéo.

Une dernière chose : dites « je suis en colère », pas « tu m’as mis en colère », ou « cette situation me rend dingue », « il me fait péter les plombs ». Avec ces tournures passives, nous entretenons la croyance que l’émotion est une réponse quasi automatique, programmée, inévitable, à ce qui se passe à l’extérieur de nous. C’est évidemment faux. Notre émotion nous appartient, nous avons le pouvoir d’en faire quelque chose après avoir pris le temps d’y réfléchir. Ça n’est pas une malédiction, un sort que nous aurait jeté des personnes autour de nous…


Une spéciale dédicace : si vous êtes une indépendante, freelance, entrepreneuse, et que vous avez des difficultés avec la colère, que vous voulez apprendre comment elle peut être une magnifique énergie au service de votre business… prenez rendez-vous ! Je vous offre une heure de mon temps pour discuter de vos difficultés et vous proposer des solutions pratiques. Cliquez sur ce lien… et au plaisir de vous rencontrer !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à ma newsletter !

 « Je n’ai pas le temps ! » – cette illusion toxique

 « Je n’ai pas le temps ! » – cette illusion toxique

« Je n’ai pas le temps »… voilà sans doute l’une des phrases que l’on entend le plus au travail… et en-dehors. Nous passons un temps certain à nous plaindre de ne pas en avoir assez. Certains disent même qu’ils « courent après le temps », comme s’ils en étaient tombés et qu’ils cherchaient à remonter dans un train devenu fou.