Publié le Mar 17, 2016

Arrêtons d’essayer… faisons !

Nous confondons parfois faire des efforts… et réussir.
Pourtant, essayer… et faire sont deux choses bien différentes !

Une des phrases que j’entends le plus en ce moment c’est, « je dois essayer », avec tout ces dérivés. « Il faut essayer », « nous devons essayer », à tous les coups le visage de la personne qui parle est soit crispé, tendu soit au contraire un peu apeuré, effrayé et ce qui suit juste après cette phrase c’est très souvent « mais ». « Je dois essayer, mais… » « Nous devons essayer, mais… » Ce que manifeste ce visage crispé ou apeuré et ce « mais » c’est qu’il s’agit bien d’un effort intense, ardu avec peu de chance de succès. En fait ces phrases semblent sous-entendre que ce qui est ok, ce qui est bien, c’est avant tout de faire des efforts. De faire des efforts en soi-même, ou bien de faire des efforts pour progresser, s’améliorer, non, en fait dans l’espoir d’être parfait, ce qui est impossible.

C’est pour cela que ces phrases en elles-mêmes bloquent la personne qui est en train de parler. Mon but est de permettre aux gens que j’accompagne, de développer une communication autonome, c’est-à-dire, une communication dynamique, hors de la contrainte et de sortir de tout ce qui peut les mettre dans une communication statique, bloquée, rigide.

Mon parcours de comédien, comme la formation que je suis en Analyse Transactionnelle à Bruxelles, m’ont rendu particulièrement sensible à ces phrases qui inquiètent, bloquent, c’est pour cela que dans les formations que j’anime, je propose de remplacer systématiquement le verbe « essayer » par « tester » ou bien « faire ».

Je vais vous raconter une histoire, en 1962, l’agence DDB crée pour le loueur de voitures Avis, une campagne qui fera date dans l’histoire de la publicité. Avec le slogan fameux « We try harder » ce qui peut se traduire mot à mot par « nous faisons plus d’efforts » « nous essayons plus fort ».

Avis qui à l’époque est le numéro 2 derrière le leader incontesté Hertz, revendique cette place d’outsider, comme si en tant que numéro 2 il ne pouvait que faire mieux que le numéro 1. Déployé dans le monde entier, repris dans une intense campagne de communication interne, repris sur les documents envoyés à l’égard des clients, repris sur les nouveaux uniformes, sur les nouvelles agences, ce slogan et toute l’énergie qui a été déployée autour, a permis à Avis, de tripler ses parts de marché en 5 ans. Et du coup c’est devenu une légende dans l’histoire de la publicité. Malgré tout quelque chose me chiffonne. Certes, ce slogan et toute l’énergie autour a permis à Avis de redevenir bénéficiaire, prendre des parts de marché et se développer à l’international. Mais ce slogan ne l’a jamais fait devenir numéro 1. En 2012, la société a abandonné ce slogan après donc 50 ans d’utilisation, ce qui est quasiment unique dans l’histoire de la publicité. Mais en 2012 précisément Avis était numéro 3. Derrière un nouveau numéro 1 qui s’appelle Enterprise Holdings qui regroupe 3 réseaux Alamo, National et Enterprise, et derrière Hertz qui était toujours devant et du coup numéro 2. Comme le disait en 2013 un journaliste du magazine américain Slate, finalement avoir essayé plus fort pendant 50 ans a dû finir par être épuisant.

Extrait de The Matrix

L’histoire d’Avis, illustre en fait, pour moi, ce que l’on risque en essayant, c’est de ne pas réussir. Il ne faut pas essayer, il faut faire, et faire dans un but quantifiable, atteignable, mesurable. En France, le slogan d’Avis c’était « décidés à faire mille fois plus », apparemment il y a bien « faire » mais en même temps « mille fois plus », « mille » ça n’est pas quantifiable, c’est virtuel, et du coup ça ne nous donne pas des objectifs qui soient réellement motivants que l’on puisse atteindre et dont on puisse se féliciter ensuite. Comme le disait Krishnamurti « essayer une chose », « faire de son mieux », cela n’existe pas. On fait une chose ou on ne l’a fait pas. Alors arrêtons d’essayer et testons, mettons en pratique, faisons!

Extrait de Star Wars – L’empire contre-attaque

Abandonnons l’idée qu’il faut faire des efforts ou être parfait, c’est impossible. Maintenant ou à plus long terme. Ce qu’il faut, c’est faire pour progresser, pour s’améliorer. C’est ce que les américains appellent la politique des baby steps, un pas après l’autre. Au départ un peu château branlant et puis progressivement, de plus en plus assuré, instinctif, heureux.

20 Commentaires

  1. Bravo Aurélien, ça donne la pêche !
    JUST DO IT !
    D’ailleurs “la campagne a permis à Nike d’accroître encore la part de l’entreprise dans le marché national de chaussures de sport en Amérique du Nord de 18 % à 43 % dans la période 1988-1998”
    Et actuellement Addidas et Rebok sont dans le dur et l’on pourrait bien assiter à un croisement historique !

    Réponse
    • Merci Jacques, ça fait plaisir de te lire ! En plus, ton exemple est magnifique, il confirme, en positif et avec un côté beaucoup plus actuel, ce que je voulais dire. Quel talent !

      Réponse
  2. Vivant desormais aux Etats-Unis, les adages ou slogans “Try Not, Do” ou “Just do It” prennent tout leur sens. Les Americains semblent davantage tournes vers l action que nous, ils ont moins de retenue à entreprendre, moins de crainte de l echec. A nous de mettre en pratique cette philosophie de l’autre cote de l Atlantique, nous n’en serons que plus heureux. Merci pour ce partage!

    Réponse
    • Merci Delphine… ça fait plaisir d’avoir cette confirmation “franco-latino-américaine” !

      Réponse
  3. just do it

    Réponse
  4. En pleine période de doute suite au changement d’organisation, c’est un message fort que je vais faire passer à mes équipes ! Merci Aurélien

    Réponse
    • Merci à toi ! C’est effectivement un beau message à faire passer pour un manager…!

      Réponse
  5. Cc oui c’est tellement juste ! Merci Aurelien, il faut visualiser l’objectif , être dans l’action et ne pas penser à l’échec ….et au pire recommencer ☺ à retenir aussi dans le cadre d’une négociation!

    Réponse
    • Exactement… En tous cas, l’idée est de moins penser à tout ce qui peut poser problème, à tous les obstacles, et beaucoup plus se focaliser sur son objectif, en avançant petit à petit vers sa réalisation !

      Réponse
  6. J’allais te chercher l’ami Yoda et puis j’ai vu que je n’ai plus besoin 🙂
    Une citation que j’ai régulièrement devant les yeux est de von Foerster ” si nous voulons voir, il nous faut apprendre à agir”

    Merci Aurélien.

    Réponse
  7. « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ».
    Sénèque

    Merci Aurélien de venir “m’agacer” quand je me décourage….;)

    Réponse
    • Well done ! J’avais oublié cette citation… ok moi aussi je me remets au boulot, et avec le sourire en prime !

      Réponse
  8. Hello Aurelien. C tout à fait ça.
    Quant je prends l exemple d un Ultra trail et si tu dis au départ, je vais essayer de le faire, tu laisses à ton inconscient la possibilite d échouée, alors que si tu te dis sur la ligne de départ, je vais réussir et aller au bout de cet Ultra en visualisant la ligne d arrivée, tu as beaucoup plus de chances d être Finisher. Tout une question de langage et d énergie. C exactement la même chose ds la vie de tous les jours. Bon RUN et à bientôt

    Réponse
    • Merci Bruno ! D’ailleurs, c’est aussi ce que je me suis dit il y a quelques semaines, quand après 6 mois d’arrêt pour blessure je me suis dit que j’allais “essayer” de reprendre la course. En fait, aidé d’ailleurs par les photos de tes trails de dingue, je me suis fixé comme objectif de faire un trail de plus de 20 bornes avant la fin de l’année ! Et du coup, petit à petit je redémarre… Abrazo !

      Réponse
  9. merci, c’est tellement juste !
    DO IT ! step by step …

    Réponse
  10. Je vais tester.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à ma newsletter !